loader image

ANAE N° 104/105 – Psychomotricité

C’est avec plaisir que j’ai accepté de coordonner ce numéro spécial  Psychomotricité pour la revue A.N.A.E, malgré le peu de temps imparti pour sa réalisation. Ayant plusieurs « casquettes » professionnelles complémentaires  (psychomotricienne D.E. et cadre de santé, psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie et professeur des universités en psychologie du développement), je n’ai jamais regretté mon parcours très enrichissant tant par les domaines complémentaires étudiés que grâce aux personnalités que j’ai pu côtoyer, en m’intégrant dans les équipes pionnières de recherche spécialisées en psychologie du développement de l’enfant. 

Comme le disait Ajuriaguerra (Médecine et hygiène, 521, 1961), « la symptomatologie dans une sémiologie neuropsychiatrique infantile doit être cherchée et valorisée par rapport à la chronologie, à l’évolution des symptômes dans le temps. C’est ainsi qu’elle peut prendre des valeurs soit physiologiques, soit pathologiques« . C’est pourquoi convaincue de sa démarche, et bénéficiant des échanges avec son équipe, je me suis intéressée aux  travaux sur le développement de l’enfant dès la naissance jusqu’à l’adolescence.

L’examen psychomoteur est une spécificité professionnelle et une démarche primordiale que l’on doit avoir devant un enfant consultant pour des troubles du développement et/ou des troubles d’apprentissage. Il complète l’examen psychologique (et de la personnalité), neuropsychologique et/ou orthophonique, permettant par là un diagnostic différentiel en fonction des états psychologiques ou psychopathologiques qui les sous-tendent.

Les symptômes psychomoteurs peuvent être semblables par leur forme, mais être très divers quant à leur signification d’un point de vue sémiologique et étiologique. En effet, il peut s’agir d’un retard de la maturation du système nerveux central comme Ajuriaguerra l’avait défini, d’un trouble lésionnel ou fonctionnel entraînant une désorganisation d’un système cérébral, ou d’une régression évolutive de ce système ou des systèmes cérébraux associés, ou bien d’une forme d’expression de symptômes d’origine psycho-affective ou psychosomatique plus ou moins liés à l’historicité de l’individu ou à son environnement.

Un bilan psychomoteur, à orientation neuropsychomotrice, bien étayé avec des normes développementales, permet de lever cette ambiguïté d’expression du symptôme en le confrontant aux résultats de l’examen psychologique et psychoaffectif du patient. Il est important par ailleurs d’apprécier la part des troubles instrumentaux sur la personnalité de l’enfant et le rôle de l’évolution de l’organisation de la personnalité sur l’évolution de ces troubles.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin