ANAE N° 107/108 – L’apprentissage de la lecture : État des connaissances, Outils et Technologies d’accompagnement

Les difficultés d’apprentissage de la lecture constituent une des préoccupations des professionnels de l’éducation, la maîtrise de la lecture conditionnant tous les apprentissages. Plusieurs enquêtes menées par le ministère de l’Éducation nationale (2003 par exemple) pointent en effet des pourcentages relativement élevés de collégiens (aux alentours de 15 %) qui éprouvent des difficultés à suivre une scolarité normale en raison d’un niveau insuffisant en lecture et en écriture. Ils n’atteignent pas un niveau de lecture suffisant pour comprendre les textes écrits et les utiliser pour d’autres apprentissages. Parmi ces collégiens en difficulté de lecture, plus d’un jeune sur deux se trouverait dans une situation telle qu’elle pourrait déboucher sur une situation d’illettrisme et, selon l’Observatoire national de la lecture (2004), 3 % à 6 % présenteraient une dyslexie développementale, c’est-à-dire une incapacité à acquérir certaines compétences cognitives propres à l’activité de lecture. En conséquence, comprendre les difficultés d’apprentissage représente un véritable enjeu qui nécessite au préalable de mieux connaître les processus normaux d’acquisition et les différents facteurs qui y interviennent (facteurs de nature cognitive, linguistique, neuropsychologique ou encore facteurs de nature éducative ou socio-familiale pour n’en citer que quelques-uns).

 

Les recherches réalisées par les psychologues durant les dernières décennies ont permis des avancées dans la compréhension des mécanismes cognitifs impliqués dans l’acquisition du langage écrit et ses difficultés (retard dans l’apprentissage ou trouble). L’objectif de ce numéro est donc d’offrir un aperçu des avancées récentes quant à la compréhension des mécanismes cognitifs impliqués dans l’apprentissage de la lecture (de l’identification des mots à la compréhension de textes) et quant aux causes des échecs afin de mettre ces connaissances à la disposition d’un large public.

 

Les contributions regroupées ici ont été choisies suite au colloque qui s’est tenu à l’Université d’Angers les 27 et 28 novembre 2008[1] et ont fait l’objet d’une rédaction revue et enrichie, soumise à une nouvelle expertise.

 

Une première partie, regroupant neuf contributions, traite directement de la question des mécanismes à l’œuvre dans l’identification des mots et leurs relations avec les difficultés ou troubles de lecture. Le premier volet, constitué des quatre premiers articles, porte sur les unités linguistiques en jeu dans l’identification des mots.

[1] Ce colloque intitulé« Approches cognitive et développementale de l’apprentissage de la lecture – Difficultés en lecture, outils et technologies d’accompagnement de l’apprentissage » a été organisé par l’axe Développement des compétences et apprentissages du laboratoire de psychologie Processus de pensée et interventions. Il a bénéficié des aides de l’Université d’Angers, Confluences, le programme OuForEP, la Région des Pays de Loire, le Conseil général, le Département de Maine-et-Loire, la Communauté d’agglomérations Angers-Loire-Métropole, la ville d’Angers, la MGEN.