ANAE N° 115 – Autisme et Troubles des apprentissages

L’autisme est un trouble envahissant du développement qui se manifeste de façon différente et singulière chez les personnes qui en sont atteintes. Mais toutes ces personnes ont des troubles d’apprentissages, évidemment dans les secteurs qui caractérisent principalement cette pathologie, la communication et les fonctions qui la sous-tendent tels que l’attention conjointe et le jeu symbolique, l’empathie, la théorie de l’esprit et les fonctions exécutives, mais aussi dans les domaines de l’autonomie, de la socialisation et de la cognition nécessaire aux acquisitions scolaireset à l’exercice d’une activité professionnelle.

 

Si l’autisme est un trouble précoce car présent dès la naissance, la difficulté d’apprendre est elle aussi précoce : apprendre à regarder dans les yeux, à imiter un sourire, un geste, à s’orienter dans la direction d’une main pointée vers un objet, à porter attention à quelque chose en même temps qu’une autre personne. Et cette difficulté d’apprendre dure toute la vie. Apprendre à l’école pour savoir lire, écrire, compter et communiquer avec les camarades dans les différents lieux de vie et de rencontre ; apprendre un métier et apprendre à réellement travailler. Chaque instant doit être consacré à aider la personne avec autisme à apprendre. Chaque instant doit être consacré à l’accompagnement aux apprentissages de la vie sociale et cognitive. Et les familles le savent mieux que quiconque, elles, dont l’activité d’accompagnement est continue.

 

C’est pourquoi, ces apprentissages difficiles à faire et à maintenir tout au long de la vie doivent être

identifiés et repérés très tôt (articles de Julie Brisson, Josette Serres et Jean-Louis Adrien ; de Rutger

Van Der Gaag ; de Herbert Roeyers) ou au moment où ils sont sollicités, comme ceux relatifs aux

activités physiques et sportives (article de Jean-Paul Moretton et Éric Dugas). Ces apprentissages

doivent être soutenus et accompagnés au moyen de programmes d’intervention développementale

écologique, à l’école et en entreprise (article de Maria Pilar Gattegno, Nathalie Abenhaîm et Marion

Wolff), programmes qui sont indiqués grâce à un dépistage systématique des particularités et des

dysfonctionnements des jeunes enfants (article de Sophie Baduel et Bernadette Rogé) et qui sont

nécessairement précoces (article de Carmen Dionne) et qui soient au mieux suivis et personnalisés

et centrés sur les troubles de la régulation de fonctions sociocognitives comme l‘attention conjointe

(article de Brigitte Pérès-Al Halaby et Jean-Louis Adrien).

 

Ces travaux ont fait l‘objet de présentation lors d’un Congrès International « Troubles du spectre

autistique et troubles d’apprentissage. Identification précoce et accompagnement de l’enfant à l’âge

adulte » organisé par la Licence professionnelle « Accompagnant de personnes avec autisme et troubles apparentés » et le Laboratoire de Psychopathologie et Processus de santé (LPPS, EA 4057) de l’Institut de Psychologie de l’université Paris Descartes, avec les soutiens du Groupe THALES, de

l’ARAPI, de l’UNAPEI et de la Galerie Daniel Malingue (Paris).