loader image

ANAE N°168 – CORPS, ESPACES ET APPRENTISSAGES CHEZ L’ENFANT ET L’ADOLESCENT

L’idée selon laquelle notre corps et notre cerveau interagissent pour construire des connaissances à partir de ce que nous ressentons, percevons, dans l’environnement immédiat est centrale en psychologie.

Ce postulat a traversé de nombreux courants théoriques et trouvé un terrain d’application fertile notamment dans le champ de l’éducation (Montessori, 1950 ; Piaget, 1948).

Depuis une vingtaine d’années, les progrès observés dans les techniques de neuro-imagerie et l’avancée des connaissances scientifiques relatives au fonctionnement du cerveau et à son développement enrichissent et confirment les travaux antérieurs : nos connaissances se construisent à partir des informations issues de l’espace dans lequel nous évoluons et notre corps est un vecteur important de ces échanges. Aussi, le développement moteur occupe une place essentielle dans le développement global de l’enfant car il participe à la mise en place des autres apprentissages qui se déroulent ultérieurement : langage, cognition, comportements, émotions…

De ce fait, les troubles du neurodéveloppement et les facteurs de risques conduisant à ces derniers retiennent une attention particulière auprès de différents acteurs : enseignants et professionnels de l’éducation, familles, cliniciens, chercheurs. En effet, les perturbations survenant précocement ont un retentissement indéniable sur différentes sphères du développement : motrice, cognitive, comportementale, socio-émotionnelle et affectent ainsi la qualité de vie des enfants concernés.

Dans ce dossier dédié au corps de l’enfant et de l’adolescent, aux apprentissages réalisés dans différents contextes spatiaux et domaines d’apprentissage, la parole est donnée aux chercheurs et cliniciens qui se sont fixés comme objectif d’actualiser nos connaissances et éclairer notre réflexion sur les liens entre le corps, le cerveau, l’espace environnant et les effets de ces interactions.

Ainsi, le concept de schéma corporel, concept clé dans l’étude des interactions sensori-motrices entre l’individu et son environnement, est explicité, analysé finement par Christine Assaiante. À la suite de cette réflexion, les contributions de Mengue-Topio, Duroisin et Courbois ; Bara, Rivier et Gentaz mettent en lumière le rôle du corps dans les apprentissages non-scolaires et scolaires. Les trois dernières contributions apportent un éclairage complémentaire dans la mesure où elles mettent l’accent sur les perturbations du développement moteur survenant au cours de la vie fœtale ou peu de temps après la naissance et jusqu’à l’adolescence.

Les différents travaux présentés ici aident à faire le point des connaissances actuelles au sujet du corps de l’enfance à l’adolescence et de son rôle dans différents domaines et contextes d’apprentissage. Les contributions de ce dossier abordent de façons très variées les relations entre le corps et la pensée : comment l’enfant ou l’adolescent utilise-t-il son corps pour apprendre et comment répondre aux stimulations issues de l’environnement ?

Comment les liens entre cerveau et développement moteur se construisent-ils dès la vie intra-utérine et se poursuivent après la naissance ? Comment les perturbations du cerveau au cours d’une période critique comme la période intra-utérine affectent-elles les fonctions cognitives par le biais du corps ?

Les contributions de ce dossier s’inscrivent résolument dans une perspective développementale en considérant plusieurs périodes de vie (vie fœtale et naissance, petite enfance et enfance, adolescence) et en étudiant aussi bien le développement typique que les particularités cliniques observées dans les trajectoires développementales atypiques.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ceci pourrait vous intéressé